Mon discours du 1er-Août à Boudry

Jeudi soir, j’ai eu l’honneur d’être invitée par le Conseil communal de Boudry pour prononcer l’allocution du 1er août. Dans le Jardin de Voujeaucourt, je me suis exprimée sur le regard que je porte sur l’identité suisse. Voici mon discours.

Monsieur le Président du Conseil communal, Madame la Conseillère communale, Mesdames et messieurs les représentants des autorités communales et cantonales, Mesdames et Messieurs les membres de la société de développement de Boudry, Mesdames, Messieurs,

En ce 728ème anniversaire du pacte fédéral, le Conseil communal de Boudry m’a fait l’honneur de m’inviter à venir vous adresser ces quelques mots.

Je peux bien admettre, maintenant que je me trouve devant vous, qu’au-delà du fait que je me réjouissais de partager ce moment festif avec vous toutes et tous, je me suis intensément demandée, en rédigeant cette allocution, quel type de message  je pourrai bien  vous apporter  ; moi la montagnonne en pays littoral ; moi la socialiste en pays libéral-radical ; moi la « segunda » en ce jour de fête nationale.

Croyez-moi ou non, mais c’est précisément dans l’énoncé de ma question que j’ai trouvé la réponse.

En effet, la fête du 1er août ne constitue pas, à mon sens, simplement la commémoration du plus ancien pacte d’entraide unissant les forces de ce que deviendront les trois cantons de la suisse primitive.

La fête du 1er août c’est aussi, et surtout, l’occasion de se demander ce qu’est la Suisse. Une question qui peut paraître étrange dans tout autre pays qui précisément n’a pas les caractéristiques de notre Confédération helvétique, puisqu’une fête nationale c’est une fête à la gloire de la nation. Mais peut-on parler de nation lorsqu’on évoque la Suisse ? Et surtout est-ce intéressant de le faire ?

Je préfère quant à moi reprendre cette question que je vous ai laissé sans réponse : qu’est-ce que la Suisse ? Ou plutôt, qu’est-ce qui a fondé la Suisse et en a fait ce qu’elle est aujourd’hui en 2019.

Assurément, notre pays a bien évolué de la conception qu’en avaient  Stauffacher, Fürst et de Melchtal. Des fondateurs qui unirent leur force par une motivation sécuritaire parfaitement ancrée dans son époque du 13e siècle mais soyons clairs, parfaitement obsolète aujourd’hui.

Heureusement qu’ils eurent cette idée, sinon nous n’aurions rien à fêter ce soir, mais les fondements de l’Helvétie du 21e siècle sont assurément à chercher ailleurs, dans l’évolution et le développement qu’a connu notre pays et qui en ont fait, au fil des ans, au fil des siècles un merveilleux mélange teinté d’une complexité déroutante et essentielle à la fois.

Car oui, chères concitoyennes et chers concitoyens, qu’est donc la Suisse si ce n’est un grand patchwork paradoxal et cohérent à la fois, un patchwork de cantons, de cultures, de traditions, de paysages, de langues et d’origines. Un patchwork d’une variété immense qui allie à la fois des savoirs faires séculaires, que ce soit dans nos alpages ou dans nos artisanats devenus industries, et une concentration d’innovations technologiques comme peu de territoires de 41’000m2 en connaissent. Un patchwork complexe, qui éveille souvent la curiosité de celles et ceux qui, dans les pays qui nous entourent, tentent de percer le mystère de ce pays dont même la dénomination, confédération, ne reflète pas le système politique.

Un système politique, précisément, qui, vu de l’extérieur, peut paraître iconoclaste alors qu’en réalité il est, à mon sens, précisément à la base de l’équilibre de ce pays, tant sur le plan des trois niveaux institutionnels, que de la cohabitation de tendances politiques diverses, ou encore simplement d’une démocratie directe que d’autres nous envient.

Cette dernière produit parfois des résultats inattendus mais nous force, nous politiques, à rester à l’écoute et à se souvenir qu’en Suisse une majorité n’est que relative : elle l’est dans le temps, selon le niveau institutionnel et finalement aussi sur chaque objet qui est soumis au vote populaire.

Cet échafaudage complexe constitue la colonne vertébrale de la Suisse moderne. Une Suisse dont les principales caractéristiques sont donc à mon sens tant dans son système politique, ses paysages, son multiculturalisme et biensûr ses traditions. Parmi elles, des piliers, celles de l’entraide et de l’ouverture. Oui la Suisse est et doit demeurer ouverte, elle se doit d’être ouverte à l’autre, elle se doit d’être terre d’accueil pour celles et ceux qui fuient oppression et misère, la commune de Boudry et ses habitants en savent quelque chose.

La Suisse se doit aussi de demeurer ouverte dans ses relations aux autres et, parmi ces autres, notre partenaire naturel qu’est l’Union européenne, une union à laquelle notre destin est forcément lié.

Être suisse dans son âme, c’est comprendre ces différentes facettes de notre identité.

Je l’ai dit au début de mon allocution, je suis segunda…je suis donc née étrangère dans un pays qui m’a adopté …et que j’ai choisi d’adopter. Comme tout enfant d’origine étrangère vient un moment où surviennent des questions identitaires.

Je ne suis pas devenue Suisse le jour ou la Confédération  m’a octroyé le passeport à croix blanche, je suis devenue Suisse le jour où j’ai compris que l’histoire de notre pays ressemble à celle de tout segundo ou segunda : elle est complexe, pas forcément linéaire et s’épanouit par la richesse que lui apportent les diverses cultures qui la composent.

Bien sûr, cette histoire-là ne convient pas à tout le monde car elle va à l’inverse d’un discours de repli identitaire. Mais l’ADN de la Suisse c’est bien celui de l’interculturalité globale.

Un ADN que l’on retrouve forcément en portion concentrée dans notre canton. Un canton lui aussi complexe et en recherche d’équilibres au pluriel. Mais un canton qui doit être uni, solidaire, conscient de sa valeur et des richesses de toutes ses régions, Montagnes, littoral et vallées, dans la perspective d’un espace commun, dynamique et attractif.

Le 1er août c’est donc pour moi ce moment magique, ou des segundos naturalisés, côtoyant des habitants d’origines et nationalités diverses mangent aux côtés des helvètes de souche, une délicieuse soupe au pois en plein été avant d’admirer ensemble les traditionnels feux.

Une assemblée mixte, dans ses croyances et ses idées politiques, mais fêtant ensemble la Suisse de l’ouverture et de l’humanisme.

Je ne serai donc pas plus longue car vient maintenant le temps de festoyer.

Je vous remercie de votre attention et vous souhaite évidemment de passer une excellente soirée de fête nationale.

Une réponse sur « Mon discours du 1er-Août à Boudry »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s