Mobilisons-nous !

Mobilisons-nous !

Dans deux mois, jour pour jour, les femmes* de ce pays sont appelées à se mobiliser pour faire entendre leurs voix… pour faire avancer leurs droits. La réalité en quelques chiffres.

50.4, 39.7, 53.7,18.3, 59, 32 et 15, 59, 75,100, 50, 38, 22’000… 14.06

Le présent billet est placé sous le signe des chiffres… les chiffres de la colère. Des chiffres qui exposés ainsi ne signifient rien, mais des chiffres d’une importance telle qu’il est important de les rappeler, de les expliquer, de les marteler auprès de toutes et tous ; et particulièrement auprès de ceux qui ne veulent pas les entendre.

Ainsi :

50.4 %, c’est la part des femmes par rapport à la population Suisse en 2018.
39,7 % de ces femmes, âgées de 25 à 64 ans, sont détentrices d’un diplôme en école supérieure ou haute école. Ce nombre passe même à 53.7 % pour les 25 à 34 ans !

Malgré cela, et sur le plan économique et politique :

18.3 %, c’est la différence salariale, tous secteurs confondus, entre les hommes et les femmes en 2016.
59 % des femmes travaillent à temps partiel, contre 17.6 % des hommes.
Au niveau politique, rappelons que seulement 32 % du Conseil national est féminin, alors que les femmes ne représentent que 15 % du Conseil des États.

Bien évidemment, ce ne sont ici que quelques extraits de la situation inique dans laquelle nous nous trouvons ; puisque nous pourrions citer la part des femmes dans les métiers les moins rémunérés, le partage des tâches, la situation face à la retraite, la précarisation de manière globale… sans parler du plus dramatique, les violences, et particulièrement celles commises au sein du cercle familial pour lesquelles les femmes sont encore très majoritairement victimes. Ainsi, faut-il vraiment rappeler que près de 75 % des victimes d’homicides et 100 % des victimes de viols perpétrés dans le cadre familial sont des femmes ?

Exposer cette réalité, cela ne semble pas faire les affaires de tout le monde. Alors, que font certains dans ces cas-là ? Ils relativisent et prennent un ton compatissant… des exemples ?

Il y a ceux qui nous disent que les instruments existent déjà. Que, précisément dans le domaine du travail, une loi sur l’égalité est en vigueur.

C’est vrai !
Le problème, c’est que cette loi, qui date de 1996, n’a pas produit les effets escomptés et ne fournit pas les instruments de contrôle qui permettraient une fois pour toute de contrer les inégalités salariales. La Suisse pointe même désormais au 29ème rang du classement de l’OCDE relatif aux écarts salariaux liés au genre !
Quand, en 2018, le Conseil fédéral a tenté, avec une légère révision, de donner un peu plus de vigueur à la loi, des parlementaires de droite, comme Philippe Bauer, ont vainement refusé l’entrée en matière, avant de vider la révision de son contenu et donc, de son efficacité. Les femmes* vous remercient Monsieur Bauer !

Il y a ceux, parfois les mêmes, qui nous disent que l’on peut régler les choses par les conventions collectives.

Oui, certaines conventions prévoient un mécanisme de contrôle ou des « espaces de dénonciation ». Cependant, penser que l’on va tout régler par ce biais c’est juste ignorer que :

  • 50 % de la population active n’est pas soumise à une CCT ;
  • toutes les CCT ne contiennent pas un mécanisme relatif à l’égalité ;
  • une partie des CCT ne contiennent pas de contrôle des salaires en cours d’emploi, que ce soit pour les hommes ou pour les femmes !

Il y a ceux, parfois les mêmes, qui nous disent que nous n’avons pas besoin de faire la grève, que manifester serait suffisant.

Cela fait 38 ans que nous avons obtenu l’inscription de l’égalité dans la Constitution fédérale. Cela fait bien plus que cela que nos grand-mères, nos mères, nous-mêmes et maintenant nos filles, comme les hommes solidaires qui nous accompagnent, manifestent pour que les droits des femmes, dans leurs globalités, soient respectés.

La dernière manifestation d’ampleur en Suisse a eu lieu le 22 septembre dernier sur la Place fédérale. Nous étions 22’000. La loi sur l’égalité était précisément à l’ordre du jour des travaux parlementaires de la semaine suivante. Mais la majorité de droite des chambres est restée sourde à nos demandes. La manifestation était essentielle, mais elle n’a pas suffi.
Elle ne suffit plus et la patience, recommandée par quelques « compatissants », s’est étiolée au fil du désenchantement engendré par les promesses, non tenues, d’un progrès imminent.

Le dernier chiffre de ma liste, c’est le 14.06 – le 14 juin 2019,

  • date à laquelle toutes les femmes* de ce pays sont appelées à faire grève,
  • date à laquelle nous appelons tous les hommes solidaires à soutenir le mouvement,
  • date à laquelle nous souhaitons faire basculer le pays dans la conscience du devoir collectif à accomplir.

Le 14 juin, c’est dans exactement deux mois. Des collectifs s’affairent partout en Suisse avec la volonté de rendre ce jour, mémorable, et surtout pour que la grève soit suivie d’effets.

Mobilisons-nous ! Cela fait bien trop longtemps que nous attendons un changement qui ne vient pas.

 

Liens :

https://frauenstreik2019.ch

collectif neuchâtelois

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s